A Perfect Day, de Fernando Leon de Aranoa

A Perfect Day, premier film international du réalisateur espagnol Fernando Leon de Aranoa, nous plonge dans le quotidien d’une équipe d’humanitaires en mission dans les Balkans en 1995. Dit comme ça, il pourrait s’agir de n’importe quel genre de film : un thriller, un drame, un film engagé… mais certainement pas une comédie. C’est pourtant le cas. Le film m’a lointainement rappelé The Search de Michel Hazanavicius, qui était en compétition à Cannes l’année dernière et qui abordait en gros les mêmes thèmes : la guerre, les enfants livrés à eux-mêmes, l’incompétence de la bureaucratie internationale. A Perfect Day n’est pas un film parfait mais il parvient mieux à ses fins, en misant sur l’humour, que le film d’Hazanavicius, qui échouait complètement par excès de pathos.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , | 4 commentaires

Inside out (Vice versa), de Pete Docter

Que se passe-t-il dans la tête d’une petite fille ? Chez Riley, cinq émotions (représentées comme de petits personnages colorés) sont au poste de pilotage : le dégoût, la colère et la peur, la tristesse et enfin la joie, leader incontesté de cette petite bande chargée non seulement de présider aux humeurs de Riley mais aussi de la collecte des souvenirs, de petites billes de couleurs qui sont transférées dans les lointains réservoirs de la mémoire à long terme. Tout ce petit monde est bouleversé lorsque la famille de Riley déménage. En quittant le Minnesota pour San Francisco, la petite fille perd tous ses repères. Lors d’une chamaillerie, la joie et la tristesse sont accidentellement aspirées par le circuit d’alimentation de la mémoire et propulsées au fin fond de la psychée de l’enfant. Avec la peur, le dégoût et la colère comme seules boussoles, Riley broie du noir et décide de fuguer… Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , , | 4 commentaires

The Lobster, de Yorgos Lanthimos

lobsterCa va mal pour David (Colin Farrell) : il vient juste de se faire plaquer par sa femme alors que le célibat est prohibé et durement puni. Cela signifie qu’il va être interné dans l’Hôtel. Là, il disposera de 45 jours pour trouver une nouvelle âme sœur, sans quoi il sera transformé en l’animal de son choix, comme son frère Bob qui l’accompagne fidèlement sous la forme d’un vieux chien…

Sur le papier, The Lobster bénéficiait du pitch le plus improbable de la compétition cannoise cette année. Toute la question était de savoir quel genre de film se cachait derrière ces prémisses invraisemblables. Réponse : un excellent film qui défie les catégorisations.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , | 4 commentaires

Hrutar (Béliers), de Grimur Hakonarson

Islande. Gummi et Kiddi sont deux frères, éleveurs de moutons et fiers de l’être. Ils ont beau être voisins, ils ne s’adressent plus la parole depuis 40 ans. Ils se contentent de se jeter un regard noir de temps en temps, ou même un coup de chevrotine en cas de conflit. Lorsque leur bétail est atteint de la maladie de la tremblante et doit être abattu, la vie des deux hommes risque de s’effondrer simultanément… Cela faisait plus de 20 ans qu’un film islandais n’avait pas été sélectionné à Cannes. Pour être honnête, j’ai été voir le film par défaut, il n’était pas le premier choix dans mon programme du jour et pourtant j’ai été agréablement surpris.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Tale of tales, de Matteo Garrone

imageTale of tales c’est le récit de trois histoires qui se déroulent en parallèle dans trois royaumes imaginaires : dans le premier, une reine (Salma Hayek) est prête à tout pour avoir un enfant mais son obstination va la conduire à sa perte ; dans le deuxième, un monarque lubrique (Vincent Cassel) tombe amoureux d’une femme après avoir simplement entendu le son de sa voix mais il ignore que c’est en fait une vieillarde fripée ! ; enfin, dans le dernier, un petit roi (Toby Jones, vu en savant fou chez Marvel) s’obstine à vouloir dresser une puce plutôt que de marier sa fille…

Le film de Matteo Garrone représente une chose rare : un vrai film de fantasy, avec dragon, ogre et sorcière, en compétition à Cannes.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , | 2 commentaires

Mad Max : Fury Road, de George Miller

madmaxDans un univers post-apocalyptique où la terre est devenue un gigantesque désert, Max, un ancien flic hanté par son passé, tombe entre les mains d’Immortan Joe, un seigneur de guerre qui règne sur une population affamée en lui accordant avec parcimonie l’accès à la source d’eau qu’il contrôle. Lorsque Furiosa, l’un des bras droits de Joe, s’enfuit de sa citadelle en emportant avec elle une immense citerne d’essence et les concubines du tyran qu’elle veut conduire vers la liberté, Max profite du désordre général pour s’évader…

30 ans après Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre, Fury Road marque le grand retour de George Miller à sa franchise phare. Tom Hardy succède à Mel Gibson dans le rôle de Max. Quant à Miller (70 ans au compteur), il démontre qu’il en a encore sous le capot. Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , | 8 commentaires

En route pour Cannes 2015 !

Comme chaque année, voici le festival de Cannes qui se profile à l’horizon et comme chaque année, je suis au rendez-vous ! Ça va être l’occasion de réactiver ce blog que j’ai mis en sommeil quelques mois le temps de me consacrer à deux ou trois autres projets particulièrement chronophages.

Mad Max

Mad Max Fury Road, l’un des films les plus attendus cette année…

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , | 2 commentaires

Puzzle, de Paul Haggis – Le mindfuck est-il à bout de souffle ?

puzzleDe temps en temps, je rentre dans une salle de cinéma au hasard pour voir un film dont je ne sais rien. Lorsque j’ai pris mon ticket pour Puzzle de Paul Haggis, je pensais voir un drame romantique. Le film entrelace trois histoires apparemment sans liens : à Paris, un écrivain ayant quitté sa femme retrouve sa maitresse ; à Rome, un homme d’affaire peu scrupuleux tombe amoureux d’une bohémienne ; à New-York, une mère accusée de maltraitance essaie de reprendre contact avec son fils. Il y a entre chacun de ces récits des échos mais également des hiatus et de subtiles contradictions. En fait, Puzzle n’est pas un drame romantique. Le film appartient à un genre qui fleurit depuis 20 ans : le mindfuck.

Continuer la lecture

Publié dans Cinéma et télé | Marqué avec , , , , , , , , | 12 commentaires

Interstellar, de Christopher Nolan

affiche_interstellar_imaxDans un futur proche, la terre est en train de devenir inhabitable, sa surface est balayée par des tempêtes de sable et les élevages agricoles meurent peu à peu rongés par le mildiou. L’humanité s’est résignée à son sort. La population s’est convertie à la culture du maïs qui peut encore pousser, tout en sachant qu’elle devra bientôt se réfugier sous terre et sans doute disparaitre. Cooper, un ancien pilote, est guidé par un mystérieux message codé jusqu’à une base secrète de la Nasa. Pour le professeur Brand qui la dirige, l’humanité est née sur Terre mais ce n’est pas là qu’est son avenir. Un trou de ver a été découvert à proximité de Saturne. Il conduit dans une autre galaxie où trois planètes sont susceptibles d’accueillir la vie. Cooper est recruté pour une mission d’éclairage. Afin de sauver l’humanité, il devra abandonner sa fille sur terre mais aussi affronter les distorsions temporelles à l’œuvre dans l’autre galaxie.

Continuer la lecture

Publié dans Cinéma et télé | Marqué avec , | 15 commentaires

La Trilogie divine, de Philip K. Dick

Il y a quelques semaines, je me suis inscrit à un challenge proposé sur le blog de la collection Lunes d’encre de l’éditeur Denoël : à l’occasion de ses 15 ans, 15 blogueurs ont été invités à rédiger un billet sur l’un des ouvrages de la collection. Je me suis proposé pour parler de la Trilogie divine de Philip K. Dick (le livre de Christopher Miller que j’ai lu cet été m’avait donné envie de me replonger dans l’œuvre de Dick, c’était l’occasion ou jamais). L’échéance (le 31 octobre) approchait peu à peu. Je me suis soudain rendu compte qu’il ne me restait plus qu’une poignée de jours pour remplir ma mission. J’empruntai donc le livre à la bibliothèque… Et c’est là que j’ai maudit ma tendance à la procrastination : j’ai réalisé que j’avais pratiquement 1000 pages à lire, 4 romans à avaler (et non pas trois) et un billet à écrire en moins de cinq jours. Je ne suis pas un lecteur rapide en plus, quelle plaie ! J’ai donc trimballé mon Dick avec moi partout où j’allais : j’ai lu à ma pause déjeuner, dans les transports en commun, dans les toilettes, j’ai lu pendant un mariage, j’ai même lu en cachette au travail. J’ai très peu dormi cette semaine et lorsque je dormais, je rêvais de Philip K. Dick ! Aujourd’hui, je suis dans un état proche de celui-là mais je suis finalement venu à bout de cette fichue trilogie (en quatre volumes) – le 31 octobre est arrivé et voici mon billet.

Continuer la lecture

Publié dans Livre et Lecture, Romans | Marqué avec , | 7 commentaires