Archives de catégorie : Cinéma et télé

Inside out (Vice versa), de Pete Docter

Que se passe-t-il dans la tête d’une petite fille ? Chez Riley, cinq émotions (représentées comme de petits personnages colorés) sont au poste de pilotage : le dégoût, la colère et la peur, la tristesse et enfin la joie, leader … Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , , | 4 commentaires

The Lobster, de Yorgos Lanthimos

Ca va mal pour David (Colin Farrell) : il vient juste de se faire plaquer par sa femme alors que le célibat est prohibé et durement puni. Cela signifie qu’il va être interné dans l’Hôtel. Là, il disposera de 45 … Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , | 4 commentaires

Hrutar (Béliers), de Grimur Hakonarson

Islande. Gummi et Kiddi sont deux frères, éleveurs de moutons et fiers de l’être. Ils ont beau être voisins, ils ne s’adressent plus la parole depuis 40 ans. Ils se contentent de se jeter un regard noir de temps en … Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Tale of tales, de Matteo Garrone

Tale of tales c’est le récit de trois histoires qui se déroulent en parallèle dans trois royaumes imaginaires : dans le premier, une reine (Salma Hayek) est prête à tout pour avoir un enfant mais son obstination va la conduire … Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , | 2 commentaires

Mad Max : Fury Road, de George Miller

Dans un univers post-apocalyptique où la terre est devenue un gigantesque désert, Max, un ancien flic hanté par son passé, tombe entre les mains d’Immortan Joe, un seigneur de guerre qui règne sur une population affamée en lui accordant avec … Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , , | 8 commentaires

En route pour Cannes 2015 !

Comme chaque année, voici le festival de Cannes qui se profile à l’horizon et comme chaque année, je suis au rendez-vous ! Ça va être l’occasion de réactiver ce blog que j’ai mis en sommeil quelques mois le temps de me consacrer à deux ou trois autres projets particulièrement chronophages.

Qu’est-ce qui rend tellement unique le festival de Cannes ? Plusieurs choses et d’abord la programmation exceptionnelle : en comptant la sélection officielle, les sections parallèles et les copies restaurées de Cannes Classics, il y a suffisamment de matière pour quatre ou cinq festivals ordinaires. Une véritable orgie. Cannes, c’est aussi le seul endroit où, tout en étant largement extérieur au monde du cinéma, on peut percevoir son étrange unité (je vais éviter d’utiliser le terme galvaudé de « grande famille » même si ça me démange un peu).

Lorsque mon amie a passé le CAP de projectionniste, j’ai jeté un œil sur les fascicules du CNED qu’elle recevait par correspondance. Il y a une chose qui m’a frappé dans l’introduction du premier volume. L’auteur insistait sur le fait que le cinéma était une grande chaîne : il n’y a pas de films sans réalisateurs et sans acteurs, mais pas davantage sans directeur de la photo, sans cameraman, sans scripts ou sans producteur, et ainsi de suite jusqu’au projectionniste qui est le dernier intervenant dans cette très longue chaîne. Jusqu’à ce dernier maillon y compris, tout peut casser, et dans ce cas, il n’y aura pas d’œuvre à admirer ou à détester, juste un écran noir et une salle mécontente. Sans la collaboration étroite entre tout ce petit monde, il n’y aurait pas de SPECTACLE.

« Spectacle » était écrit de cette manière, en majuscule, comme le nom d’une divinité païenne, comme un mot magique dans un grimoire… ou comme sur la devanture racoleuse d’un stand de foire. À Cannes, on est en plein SPECTACLE. Dans les files d’attentes interminables, on croise pêle-mêle des cinéphiles, des exploitants ou des attachés de presse, on parle de cinéma avec des inconnus dans la rue ou au restaurant, et bien sûr on n’appelle pas les films par leur titre mais par le nom de leur réalisateur comme s’il s’agissait d’un ami (« Tu as vu le Sorrentino ? », etc). J’arrête là sinon je vais vraiment finir par vous faire le coup de la « grande famille » !

Puisque la cérémonie d’ouverture à lieu ce soir, le festival et la plupart des films projetés existent encore à l’état virtuel, sous forme d’image fixe, de photos de plateau ou bien d’affiches de film pour ceux qui en ont déjà une. Je vais donc conclure ce billet par une petite sélection de mes affiches préférées. Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , | 2 commentaires

Puzzle, de Paul Haggis – Le mindfuck est-il à bout de souffle ?

De temps en temps, je rentre dans une salle de cinéma au hasard pour voir un film dont je ne sais rien. Lorsque j’ai pris mon ticket pour Puzzle de Paul Haggis, je pensais voir un drame romantique. Le film … Continuer la lecture

Publié dans Cinéma et télé | Marqué avec , , , , , , , , | 12 commentaires

Interstellar, de Christopher Nolan

Dans un futur proche, la terre est en train de devenir inhabitable, sa surface est balayée par des tempêtes de sable et les élevages agricoles meurent peu à peu rongés par le mildiou. L’humanité s’est résignée à son sort. La … Continuer la lecture

Publié dans Cinéma et télé | Marqué avec , | 15 commentaires

A la recherche de Vivian Maier, de J. Maloof et C. Siskel

S’il y a un domaine artistique pour lequel ma sensibilité est peu développée c’est bien la photographie. Si je jette un œil sur ma bibliothèque personnelle, j’y trouve un recueil de portraits de Georgia O’Keeffe par Alfred Stieglitz, l’anthologie Camera … Continuer la lecture

Publié dans Cinéma et télé | Marqué avec , , , | 11 commentaires

The Clock, de Christian Marclay

Lorsqu’on travaille dans un endroit comme le Centre Pompidou (ce qui est mon cas), on a la chance d’avoir un accès privilégié à certaines œuvres. Depuis quelques jours, lorsque j’ai un moment de libre – pendant ma pause déjeuner ou … Continuer la lecture

Publié dans Cinéma et télé, Culture en vrac, Expositions | Marqué avec , , , , , , | 16 commentaires