Lire sur un écran, lire à deux

Cet été, j’étais en vacances en Italie sur la côte amalfitaine et la baie de Naples. Nous avons souvent pris le train avec mon amie Manuela. Nous n’avions pas grand chose sous la main pour occuper le temps pendant ces longs trajets mais j’avais ma liseuse avec moi. Du coup, nous avons pris l’habitude de lire à deux sur le même écran. Comme elle lit plus vite, c’est moi qui tenait l’appareil et qui tournait les pages.

C’est une expérience originale de lire un roman à deux simultanément. Par exemple, on peut se faire des commentaires mutuels sur le déroulement de l’intrigue, comme lorsqu’on regarde une série télé. Je ne l’avais jamais fait auparavant, et le contexte particulier explique sans doute en grande partie que nous ayons eu cette idée. Mais je pense aussi que la lecture sur écran change la donne : un écran est par nature quelque chose de bien plus facile à partager que la page d’un livre, qui relève d’avantage de l’intime. Traditionnellement, la lecture est une activité solitaire, presque onaniste. Alberto Manguel observe ainsi que « presque partout, la communauté des lecteurs a une réputation ambigüe […] l’image d’un individu pelotonné dans un coin, oublieux en apparence des grondements du monde, suggère une intimité impénétrable, un œil égoïste et une occupation singulière et cachotière. » (Une Histoire de la lecture, p. 44)

Je ne suis pas certain que cette expérience d’un été soit vraiment généralisable (je serais tout de même curieux de savoir si d’autres lecteurs ont déjà essayé de lire à deux), mais elle laisse imaginer tous les micro-bouleversements imprévisibles que va nous apporter la lecture numérique.

Ce contenu a été publié dans Bref..., Varia, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *