Elle, de Paul Verhoeven

ob_7f708f_elle-paul-verhoevenÀ l’écran, un chat observe silencieusement la scène qui se déroule devant ses yeux. On entend des bruits de lutte et des cris. Un homme vient de briser la vitre d’une porte fenêtre. Une femme est plaquée au sol dans un intérieur bourgeois. Elle est en train de se faire violer par un agresseur masqué d’une cagoule de ski. « Elle », c’est Michèle (Isabelle Huppert). Une fois l’homme disparu, elle se relève et reprend ses esprits. Elle retourne vaquer à ses activités de femme d’affaires et de créatrice de jeux vidéo, résolue à découvrir qui l’a agressée. Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2016, Cinéma et télé | Marqué avec | 3 commentaires

La Tortue rouge, de Mickaël Dudok de Wit

imageUne mer démontée. Une silhouette jaillit entre deux vagues gigantesques. On ne sait rien de ce naufragé (il n’y a aucun navire en vue). Emporté par le courant, il s’échoue sur une île déserte peuplée par quelques crabes et une tortue rouge… Le réalisateur Mickaël Dudok de Wit est bien connu des amateurs de cinéma d’animation pour ses courts, comme Le Moine et le poisson (César 1996) et surtout le très beau Père et fille (Oscar 2000). Son premier long-métrage est également la première coproduction internationale du studio Ghibli. Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2016, Cinéma et télé | Marqué avec | Un commentaire

Toni Erdmann, de Maren Ade

imageWinfried vient de prendre sa retraite. Le dernier élève auquel il donne des leçons privées de piano vient de lui annoncer qu’il arrête tout. Et puis son chien vient de mourir et, cerise sur le gâteau, à l’occasion d’un bref retour au pays de sa fille Ines, il se rend compte qu’il a perdu toute attache avec elle depuis qu’elle travaille dans le monde de la finance en Roumanie. Bref, il y a comme un grand vide qui est en train de se creuser autour du sexagénaire. Il faut dire qu’il l’a un peu cherché : amateur d’humour décalé, il adore mettre son entourage dans l’embarras. Son passe-temps favori consiste à s’affubler d’un dentier et d’une perruque pour interpréter un personnage de clown qu’il a inventé, du nom de Toni Erdmann. Après une première tentative infructueuse pour renouer le contact avec Ines, Winfried décide que c’est à Toni de s’en charger… Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2016, Cinéma et télé | Marqué avec | 5 commentaires

Paterson, de Jim Jarmusch

imagePaterson (Adam Driver) est chauffeur de bus à Paterson (New Jersey). Son livre préféré ? « Paterson » du célèbre poète William Carlos Williams, qui a vécu dans la ville. Tous les matins, Paterson s’éveille aux côtés de sa compagne Laura (Golshifteh Farahani) et il mène le même train-train quotidien : saluer un collègue bougon, conduire les habitants de Paterson à travers les rues de la ville en écoutant discrètement leurs discussions et, le soir venu, faire sortir Marvin, son irascible bulldog anglais, avant d’aller boire un verre au bar du coin. Mais Paterson a aussi un secret : il écrit en cachette et il transforme chacun de ces moments anodins en poèmes. Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2016, Cinéma et télé | Marqué avec | 2 commentaires

Grave, de Julia Ducournau

imageDans la famille de Justine, tout le monde est végétarien : interdiction formelle de manger quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à de la bidoche ! Lorsque la jeune femme rejoint l’école vétérinaire où sa grande sœur l’a précédée, elle doit subir les brimades qui attendent tous les nouveaux venus et on la force à avaler une rate de lapin. Justine est contrainte de transgresser le tabou familial… Et elle s’aperçoit que ça ne lui déplaît pas. Elle se découvre même une passion irrépressible pour la chair fraîche. Il y a peut-être une bonne raison si ses parents lui avaient interdit le régime carnivore… Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2016, Cinéma et télé | Marqué avec | 3 commentaires

En route pour Cannes 2016

Houlala ! ça fait un moment que je n’avais pas écrit un billet de blog ! Ces deux dernières années, je me suis investi dans toutes sortes de projets à mi-chemin entre le personnel et le professionnel (comme ça, ça ou ça), ce qui m’a laissé de moins en moins de temps pour écrire ici. Je me demandais même si je n’allais pas baisser définitivement le rideau… et puis finalement le festival de Cannes me donne l’occasion de rédiger une dernière salve de billet.

Tortue rouge Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2016, Cinéma et télé | Marqué avec | 4 commentaires

Cannes 2015 : 19 avis express pour conclure

Voilà, Cannes c’est fini. J’ai vu un peu moins de films que d’habitude cette année – la faute à un système de billetterie déconnant qui a déstabilisé mon programme. J’ai aussi l’impression d’avoir vu moins de bons films. Il faut dire que j’ai raté les gros morceaux qui seront vraisemblablement récompensés ce soir (Carol de Todd Haynes, Mia Madre de Nanni Moretti, Le Fils de Saül de Laszlo Nemes). Malgré quelques films qui m’ont plu (notamment Mad Max, The Lobster, Béliers, A Perfect day et Inside Out auxquels j’ai consacré des billets), ce n’était pas un très grand cru cette année : la compétition surtout était particulièrement faible. Je compte encore rattraper quelques films lors des reprises qui ont lieu à Paris dans les jours qui viennent. En attendant, voici quelques avis rapides sur des films que je n’ai pas eu le temps d’évoquer faute de temps ou parce qu’ils ne méritent pas vraiment un billet entier…

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec | 8 commentaires

Dheepan, de Jacques Audiard

Sri Lanka. La guerre civile fait rage. Les deux communautés, les tamouls de religion hindoue et les les cinghalais bouddhistes s’entretuent. Il y a une issue possible pour échapper au bain de sang : quitter clandestinement le pays pour la France, ou mieux, la Grande-Bretagne. Trois individus, un homme désertant l’armée des tigres, une femme et une enfant, réussissent à se procurer des passeports, mais ils devront jouer la comédie et se faire passer pour une famille de réfugiés. Désormais, ils s’appellent Dheepan, Yalini et Illayaal et ils vont vivre au Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec | 2 commentaires

La loi du marché, de Stéphane Brizé

Thierry (Vincent Lindon) est un homme d’une cinquantaine d’années, chef de famille et père d’un enfant handicapé. Il a également été licencié il y a quelques mois et ses droits au chômage arrivent bientôt à échéance. C’est donc un chercheur d’emploi menacé par la précarité, dont nous allons suivre le parcours laborieux dans le marché du travail, jusqu’à un nouveau métier de vigile dans une grande surface, qui va le placer au cœur d’un système économique impitoyable pour les individus…

La loi du marché, c’est un peu trois films en un. J’ai trouvé le premier aussi fort que rugueux, le deuxième efficace mais plus didactique, alors que le troisième m’a moins convaincu. Explications.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec | 3 commentaires

A Perfect Day, de Fernando Leon de Aranoa

A Perfect Day, premier film international du réalisateur espagnol Fernando Leon de Aranoa, nous plonge dans le quotidien d’une équipe d’humanitaires en mission dans les Balkans en 1995. Dit comme ça, il pourrait s’agir de n’importe quel genre de film : un thriller, un drame, un film engagé… mais certainement pas une comédie. C’est pourtant le cas. Le film m’a lointainement rappelé The Search de Michel Hazanavicius, qui était en compétition à Cannes l’année dernière et qui abordait en gros les mêmes thèmes : la guerre, les enfants livrés à eux-mêmes, l’incompétence de la bureaucratie internationale. A Perfect Day n’est pas un film parfait mais il parvient mieux à ses fins, en misant sur l’humour, que le film d’Hazanavicius, qui échouait complètement par excès de pathos.

Continuer la lecture

Publié dans Cannes 2015, Cinéma et télé | Marqué avec , | 4 commentaires